Dourdan en marche !

Les dourdanais en force au pélerinage de Longpont
vendredi 11 février 2011
par  Partages
popularité : 18%

Un prêtre, des scouts, des membres de la communauté Gennésaret, des paroissiens et des équipiers Notre-Dame, tous de notre secteur pastoral, ont osé affronter la nuit, la fatigue et le froid pour prier ensemble Notre-Dame, pour qu’Elle intercède pour les couples qui souffrent.

Depuis 64 ans, suite à l’initiative de quelques équipiers Notre-Dame, chaque dernier week-end de Janvier, nous sommes tous invités à fêter la Chandeleur d’une bien curieuse façon.

Il y a 4 ans j’ai invité les Pionniers et Caravelles du Groupe Saint Germain des Scouts et Guides de France à se joindre à cette marche. Je désirais leur faire découvrir la démarche d’un pèlerinage et ... ne pas y aller seul ! J’y allai, accompagnés de quelques équipiers courageux mais sans scout.

L’année suivante je proposai à nouveau cette aventure à mes Caravelles et Pionniers, sans grande illusion. Pourtant ils furent une dizaine à oser l’expérience, notamment grâce à l’enthousiasme d’une maman pour "le plus grand reliquaire de France" (à la Basilique Notre-Dame de Longpont).
Depuis, chaque année, les anciens montrant l’exemple, les volontaires sont là.

Comme l’année dernière nous en profitons pour entendre la promesse d’une de nos caravelles dans le décor impressionnant de la chapelle du Saint Sacrement (construite par François Mansard) de l’église Saint Séverin. En plus du Père François-Xavier Nsi Essono, des 8 jeunes et des 3 chefs, nous avons le plaisir d’accueillir un cadre du Groupe, Philippe W., et un Chef bleus, Thibaut C.

Puis nous rejoignons les autres pèlerins. Les non inscrits le font (c’est gratuit). Comme d’habitude nous nous retrouvons entre 100 et 150 marcheurs ce samedi 29 janvier vers 21h00.
Comptez bien : 8 CaPis, 5 chefs, 4 anciens pionniers, un couple de jeunes paroissiens et deux membres de la communauté de Gennésaret. Soit 21 dourdanais sur 150 pèlerins (je vous laisse faire le ratio) !

Avant de partir, nous écoutons le rappel du sens de ce pèlerinage :

1946, en la Fête de la Purification de la Vierge, dans la ferveur suscitée par une récollection de l’Abbé Caffarel, fondateur des END, quelques couples décident "d’offrir au Seigneur une chose pénible à réaliser en réparation des péchés contre l’amour".

Un concile plus tard, nous fêtons la Présentation de Jésus au Temple mais nous prions toujours pour les couples.
Le mail de confirmation d’inscription précise :
Ce pèlerinage "veut être essentiellement une démarche spirituelle :
- une longue prière du corps, du cœur et de l’esprit,
- un moment de rencontre avec Dieu dans le silence de la nuit et l’effort de la marche,
- une œuvre de conversion personnelle
- et une intercession pour les personnes qui souffrent"

Par contre, ce qui a été ajouté depuis les premiers temps est le topo sur les consignes de sécurité suivi de l’indispensable distribution de gilets et brassards fluorescents du plus bel effet. Il est vrai que les chemins empruntés sont plus larges, plus goudronnés, plus fréquentés, moins terreux et moins sûrs.

Enfin nous nous mettons en route et le pèlerinage commence soudainement et somptueusement : nous entrons dans Notre-Dame de Paris, vide et à peine éclairée, immense, silencieuse et sonore.

Nous allons nous blottir au pied de la majestueuse statue de la Vierge à l’Enfant du XIVème siècle. On chante et on prie en attendant le mot d’envoi du recteur surpris par notre ponctualité.

Nous admirons encore le raffinement de cette architecture, signe de la foi et de la puissance de ses commanditaires et lieu de rassemblement du peuple chrétien à travers les siècles.
Une dernière prière sur le parvis Jean-Paul II et nous nous mettons en route vers Longpont.

Nous commençons cette lente montée vers l’aurore, en slalomant entre les piétons, les voitures (et les feux rouges car cette année, curieusement, la police parisienne ne nous accompagnera pas jusqu’au périphérique).
Cette marche est alors l’occasion de témoigner de notre foi aux passants qui nous interrogent dans les rues du quartier latin où avance ce curieux groupe de randonneurs au milieu desquels le drapeau Scout flotte en évitant d’accrocher les stores des restaurants.

Quittant le brouhaha de la capitale, nous nous enfonçons dans la coulée verte. La marche est aussi un moment de rencontre avec nos compagnons, rythmé par la respiration de l’effort et des six pauses.
Ces arrêts font partie du chemin : repos des pieds et des jambes, partage du saucisson, des biscuits, du chocolat chaud, d’un verre de vin, des impressions, des difficultés, des conseils... et écoute de la Parole de Dieu. Cette année c’est l’Évangile de la Présentation de Jésus au Temple commenté par le Père Frédéric Gatineau, ancien curé de Dourdan, recteur de la Basilique Notre-Dame de Bonne Garde à Longpont où nous célébrerons la messe à 7h00. L’Évangile est savouré à chaque étape en partageant l’expérience d’un des différents protagonistes : Siméon, Anne, Joseph, Marie et Jésus. Les pauses semblent au fur et mesure plus courtes, certains finissant par renoncer à s’asseoir pour éviter de trop se refroidir.

Enfin nous grimpons sur les contreforts du plateau beauceron. La prière du Rosaire devient d’autant plus suivie que le chemin et la nuit avancent. Les bavardages s’estompent, l’intériorité grandit, notre pauvreté est là et la prière, appelée par l’humilité, est la corde qui donne sens à notre marche et à notre vie.

Nous entrons enfin dans la basilique où parmi les 1500 reliques repose un morceau du voile de la Sainte Vierge laissé ici à Saint Yon par Saint Denis au IIIème siècle. Ceci pour l’aider à convertir les druides qui y adoraient une mystérieuse statue de bois représentant une femme avec un enfant dans les bras. L’effigie était accompagnée d’une inscription latine bien mystérieuse pour les païens : « Virgini pariturae » « A la Vierge qui va enfanter ».
Nous étions au pied de Notre-Dame, puissante protectrice d’un Paris prospère et nous voici dans ce lieu retiré où les premiers apôtres de la Gaule commencent la conversion de ce peuple avec l’aide très humble de cette jeune fille qui a simplement dit oui à Dieu.
En une dernière procession, avant la messe, nous allons déposer au pied de Marie notre petite veilleuse avec nos corps las mais notre âme plus légère.

A l’image du commencement de cette marche il flotte une atmosphère irréelle au sein de cette église, pleine des lumières vacillantes des pèlerins boitant, les traits tirés mais joyeux.
Leurs regards contrastent avec les visages mal réveillés de ceux qui viennent pour nous reconduire à Dourdan. Parmi ces bonnes âmes se joignent à nous pour célébrer l’Eucharistie, Nicole, François et Mireille de Gennésaret.

Merci au Père François-Xavier d’avoir été là en tant qu’aumônier scout mais aussi en tant que Conseiller spirituel de notre Équipe Notre-Dame.

Merci aux organisateurs et à tous ceux qui sont venus.

A l’année prochaine où nous serons toujours plus heureux de marcher et de prier ensemble (pour les amateurs de Facebook il existe un groupe "Pèlerinage END").

François-Marie


Portfolio

JPEG - 58.7 ko JPEG - 88.8 ko JPEG - 32.6 ko JPEG - 78.6 ko JPEG - 95 ko JPEG - 30.4 ko

Actions Église

Denier 2016

Des Documents
à télécharger

le Secteur
Modèle Livret de Baptême
le Secteur
Modèle Livret de Baptême


Cliquez pour télécharger

le Secteur
Demande Extrait de Baptême

Plaquette Secteur
Documents

le Secteur


Cliquez pour télécharger

Annonce ponctuelle
Documents

le Secteur


Cliquez pour télécharger

Navigation

Articles de la rubrique

  • Dourdan en marche !

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Feuille Inter-Paroissiale

Feuille hebdomadaire
Cliquez pour la télécharger.

FLASH INFOS

Saint Jean Bosco

Le vendredi 30 juin 2017, à 19h30, en l’église St Germain à Dourdan.


La Pastorale de l’école Notre-Dame et ses enfants vous invitent à venir découvrir
la vie prodigieuse de Saint Jean Bosco.


VENEZ NOMBREUX ! Entrée gratuite !

Fête du Secteur Pastoral

Le Dimanche 2 juillet 2017


FÊTE DU SECTEUR PASTORAL


Après la Messe à 11h00, en l'église Saint Germain de Dourdan,
Repas partagé après un apéritif, à la salle Jeanne D’Arc, rue Jubé de la Pérelle